L’innocente des Highlands, Gayle Callen

 

 

Résumé

 

Lorsque Duncan, chef du clan Carlyle, trouve dans la lande une jeune femme amnésique, il n’a aucun mal à reconnaître la fille du comte d’Aberfoyle, son ennemi juré. Pour donner une leçon à cet homme cruel, impliqué dans un trafic d’enfants, Duncan accueille Catriona au sein de son clan sans lui révéler son identité. Ainsi, le comte connaîtra les tourments qu’il inflige aux autres ! Mais, à mesure que la belle se lie aux siens, la culpabilité gagne Duncan. Tiraillé entre ses mensonges et une attirance qu’il n’avait pas prévue, il s’enlise dans une situation intenable. D’autant que la mémoire de la jeune femme peut revenir à tout moment…

 

 

Avis 

 

J’ai beaucoup aimé « L’innocente des Highlands ». J’y ai retrouvé tout ce que j’aimais dans les romans historiques : un amour passionnel qui lie les deux personnages principaux, une quête que le héros souhaite à tout prix résoudre, un passé tumultueux pour chacun d’entre eux et les querelles des clans.

Catriona est la fille du comte d’Aberfoyle et fait partie du clan des Duff alors que Duncan est le laird du clan Carlyle. Ces deux clans sont ennemis jurés car c’est à cause du père de Catriona que Duncan a été banni et est maintenant condamné à vivre dans une grotte avec quelques compagnons. Le clan Carlyle se bat contre la pauvreté suite à la condamnation de leur laird mais aussi contre le comte d’Aberfoyle qui se livre au kidnapping d’enfants pour les vendre dans les colonies.
La rencontre entre ces deux personnages est totalement fortuite mais le destin fait bien les choses. Catriona, suite à son accident, ne se souvient de rien, même pas de son prénom mais Duncan, lui, l’a reconnu et cache son identité pour punir le comte d’Aberfoyle afin qu’il connaisse la peine et l’angoisse de voir un enfant disparaître. C’est l’arroseur arrosé. Néanmoins, Catriona se montre déterminée à aider le clan Carlyle. La dame noble se livre à de basses besognes pour aider les femmes du clan et aide même à rassurer les enfants que le laird Duncan réussit à sauver des griffes de son ennemi. Des sentiments commencent à naître entre eux deux, ainsi que la culpabilité de Duncan. Plus il s’éprend de Catriona, plus il culpabilise de faire d’elle une victime de sa vengeance car il se rend compte qu’elle est loin de ressembler au comte d’Aberfoyle.

Les personnages sont très attachants par leur caractère et par leur passé. Duncan s’est forgé une carapace suite à un père trop faible pour gouverner un clan et à une mère aussi brutale qu’une bête. Sa quête de vouloir faire tomber le trafic du comte d’Aberfoyle est très noble et le rend attachant par sa compassion et par sa volonté à protéger les autres quitte à renoncer à son propre confort. Catriona, même si elle a grandi dans les bals et les soirées mondaines, est un personnage attachant car malgré son amnésie totale, elle ne se morfond pas dans son coin et tente de vivre après cet accident, ce qui est une véritable force.
Les personnages secondaires sont également bien menés avec Maeve qui est une grande amie de Duncan mais qui souffre de voir son visage défiguré par d’atroces brûlures. Elle préfère se cacher plutôt que de se mêler au reste du clan, de peur d’effrayer les enfants. On peut remarquer également le personnage de Finn qui est très attachant. C’est un enfant qui a été sauvé par Duncan et ses hommes alors qu’il allait être vendu avec les autres enfants. Finn est orphelin et ne peut être rendu à sa famille. Malgré la terreur et l’angoisse, Finn se lie d’amitié à Catriona car ils se ressemblent. Catriona est effrayée de découvrir qui elle est vraiment et n’a nulle part où aller, et Finn n’a personne qui l’attend à la maison.

L’action est très bien menée et nous allons de rebondissements en révélations, dénouant un peu plus la tension du début du roman. J’ai bien aimé lire cette histoire qui nous replonge dans l’Ecosse, en 1727.

 

#Julie

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils