Hunter de Roy Braverman

Résumé : 

Si vous croisez sa route, ne vous arrêtez surtout pas.

Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son oeuvre ? 

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues. 
Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

Mon avis : 

Voilà douze ans que Freeman n’a pas mis les pieds à Pilgrim’s Rest, depuis la disparition de sa fille Louise. Victime de Hunter. Hunter a fait de nombreuses victimes, tuant cinq hommes et faisant disparaitre leurs femmes. Aujourd’hui il s’est évadé de prison et Freeman est bien décidé à le traquer pour qu’il avoue où il a caché le corps de sa fille et pouvoir enfin se venger.  Mais il ne s’attend pas à ce qui va se dérouler à Pilgrim’s Rest, une chose est sûre quoi qu’il s’imagine, il est encore loin de la réalité. Car il n’est pas le seul à vouloir se venger, il n’est pas le seul à vouloir traquer, il n’est pas le seul à vouloir faire éclater la vérité. 

J’ai pour habitude d’avoir  « un plan » précis pour mes chroniques, mais force est de constater qu’avec ce livre il me sera impossible de m’y tenir, car donner mon point de vue sur les personnages sans spolier est assez compliqué. Je ne connaissais pas cet auteur avant et j’ai appris récemment qu’il avait écrit sous un autre pseudonyme et j’ai bien l’intention de remédier à mon ignorance en lisant ses autres œuvres. 

J’ai découvert un thriller totalement époustouflant, très vite les pages se sont tournées. Malgré tout ça je suis passée à un cheveu du coup de cœur, mais ça j’y reviendrais tout à l’heure. Roy Braverman est sans conteste doué en la matière, les rebondissements mis là où il faut, dosés avec soin et talent, on n’a pas une minute à nous. Aspiré dans un contexte angoissant, on sent que tout est maîtrisé, efficace. Certaines scènes sont assez violentes, le sang omniprésent, la peur également, mais tout cela nous donne un cocktail explosif. On se fait surprendre, on crie, on retient son souffle. L’auteur nous offre un univers assez sombre, assez particulier, des personnages extrêmement bien travaillés qui nous apporte chacun notre lot d’émotions. L’adrénaline court dans nos veines tout au long de la lecture, un thriller à 100 à l’heure. 

Après tant d’éloges sur ce livre et le talent de l’auteur, vous allez me dire : alors pourquoi pas un coup de cœur? Et bien je vais essayer de vous l’expliquer sans spolier. Après un quart du livre il y a un élément qui pour moi a gâché une bonne partie de ma lecture, un élément auquel je ne m’attendais pas . Je me suis dit mais pourquoi? Pourquoi? Et c’est vraiment dommage. C’est la seule chose qui a entaché ma lecture et je suis déçue car je pense que l’auteur à ce sujet avait d’autres possibilités et j’aurais préféré qu’il les explore.

Néanmoins, cela n’empêche pas que j’ai passé un moment mémorable avec cette lecture et que je vous la conseil les yeux fermés. 

Je remercie Marie des Éditions Hugo &Cie et la collection Hugo Thriller pour ce service presse. 

#Emilie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *