Hate to Love de Penelope Douglas

Résumé : 

Ils étaient faits l’un pour l’autre… jusqu’au jour où ils se sont rencontrés

Depuis plus de sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres. Des lettres dans lesquelles ils se racontent, se livrent, se soutiennent. Une seule règle : ne jamais chercher à se rencontrer. Un interdit qui a convenu à Misha pendant toutes ces années. Il n’a pas besoin de connaître le visage de Ryen pour qu’elle soit sa muse, son inspiration, celle pour qui il écrit ses chansons et, quelque part, son âme sœur. Mais, un soir, il croise une jeune fille dont les goûts excentriques se rapprochent un peu trop de ceux que Ryen lui a décrits dans ses lettres pour que ce soit une coïncidence… Et alors, face à cette jeune fille d’une beauté solaire, renversante, Misha n’a aucun doute : il sait que c’est elle. Maintenant, impossible de résister, il doit s’approcher. Quitte à ne jamais révéler à Ryen qui il est vraiment. Et quitte à découvrir une Ryen bien différente de l’idéal qu’il s’était imaginé…

Mon avis : 

Misha et Ryen se connaissent depuis sept ans. Au départ de leur histoire, c’est un simple échange de courrier scolaire qui les a mis en contact. Mais pour eux c’est devenus bien plus que ça, car ils ont décidé de continuer à correspondre. Depuis ils n’ont cessé d’échanger des lettres et une profonde amitié est née entre eux. Mais d’un commun accord ils ont choisi de ne pas se rencontrer. Au fil du temps ils se sont attachés l’un à l’autre, sont devenus des confidents. Pour Ryen, Misha est tout, il est celui à qui elle peut tout dire sans être jugé, les sentiments étant ce qu’ils sont et souvent incontrôlables, Ryen est tombé amoureuse de lui, mais ne lui a jamais dit. Misha devenu musicien à lui aussi une place bien particulière dans son cœur pour Ryen. Elle est devenue sa muse, celle avec qui il compose, elle l’aide, le soutien. Ryen est devenue bien plus qu’une simple amie à ses yeux. Sauf que voilà, du jour au lendemain, Misha cesse d’écrire à Ryen, la jeune fille ne comprend pas ce qu’il se passe et si elle est profondément affectée par cette situation, elle continue à lui envoyer des lettres, espérant qu’un jour il lui répondra. Lorsque le groupe de Misha décide d’organiser une chasse aux trésors remplie de défis, afin de récolter des fonds, il s’attend à tous sauf à la rencontre qu’il va faire ce soir-là. Au détour d’une conversation, il entend un prénom : Ryen. Et à cet instant il n’a aucun doute, il s’agit bien de « sa » Ryen qu’il a en face de lui. Mais il ne peut pas lui révéler qu’il il est au risque de tout gâcher, il prendrait le risque de la perdre, mais aussi de perdre tout ce qu’il est en train d’entreprendre et ça lui est tout simplement impossible. 

Assez rapidement, Penelope Douglas a failli pour la première fois de ma vie de lectrice, me faire abandonner une lecture à cause de son héroïne. En effet dès le départ j’ai vu que Ryen est tout à fait le genre de fille qui ne me plait pas. Très hautaine, sûre d’elle, voir même méchante. Je désespérais totalement, car le pitch m’avait beaucoup plût et là j’avais l’impression de tomber de haut. Il m’ai déjà arrivé d’avoir envie de mettre des claques à certaines héroïnes, mais là c’était pire, je n’avais même pas envie de continuer à l’entendre parler, je haïssais son comportement. Mais au vu du coup de cœur que j’avais eu pour  » Dark Romance  » je n’ai pas voulu baisser les bras et j’ai persévéré. Et OMG comme j’ai bien fait, je m’en serais tellement voulu de passer à coup de ce livre à cause de mes premières impressions pour Ryen. Grâce au talent de Penelope Douglas la magie a tout bonnement fait son effet. Pourquoi? Et bien simplement car Penelope Douglas m’a ouvert les yeux et m’a offerte sur un plateau d’argent une chose de plus en plus rare : une héroïne lambda, qui fait des erreurs pas jolies jolies, qui a un comportement plus que discutable, mais qui au fond n’est en fait qu’une personne comme vous et moi. Car oui ici Ryen a du caractère, mais je ne saurais pas vous dire, elle a ce petit plus qui fait qu’on s’identifie à elle forcément sur une période de notre vie. Penelope Douglas a donc réussi avec brio à me faire détester Ryen autant que l’aimer.

Misha quant à lui est un personnage qui m’a plût de suite. Sexy à souhait, chaud comme la braise, mais avec un côté mystérieux et sensible qui ajoute encore plus de charme si c’est possible. Avec lui j’ai totalement été dans l’attente que le couperet tombe. Je voulais comprendre ses motivations concernant Ryen, mais aussi ce qu’il cherchait exactement en venant dans le lycée de la jeune fille. Même si l’on comprend assez rapidement le secret qu’il cache, le reste est très énigmatique, il souffle sans cesse le chaud et le froid et c’est assez troublant, mais en même temps cela colle totalement avec son personnage. Avoir son point de vue est un réel plus et honnêtement  je ne pense pas que cette histoire aurai été ce qu’elle est si l’auteure ne lui avait pas laissé la parole.

 » Hate te Love  » est un livre qui fera partie de mes lectures marquantes, on peut dire qu’avec cette lecture je commence l’année 2018 sacrément fort. Penelope Douglas nous embarque sans conteste dans une histoire incroyable. Un petit bijou de 432 pages qui est un véritable condensé d’émotions, de sensations et de leçon de vie. Plusieurs thèmes assez forts sont abordés, mais avec énormément de talent, avec une plume vive et addictive. Je pense que Penelope Douglas a réussi un fort pari de faire en sorte que chacun d’entre nous peut à un moment ou à un autre se reconnaitre au travers soit de nos protagonistes, soit des personnages secondaires. C’est un récit ponctué de personnages aux caractères assez troublants que l’on aime ou pas. Le cocktail gagnant est sans aucun doute réuni à chacune des pages que l’on tourne, sentiments, émotions, amour et haine (la limite entre les deux ne tient souvent qu’a un fil), scènes érotiques enflammés. Un récit époustouflant de sensations qui en plus de nous faire rêver nous donne une belle leçon, je ne suis pas prête d’oublier ce moment passé aux côtés de Misha et Ryen. Un grand bravo à Penelope Douglas pour cette pépite qu’il ne faut je pense louper sous aucun prétexte. 

Je remercie Mélanie et les Éditions Harlequin pour ce service presse.

#Emilie

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils